logo

Une pensée pour Bobby Womack

Le 27 juin dernier, Bobby Womack s’en est allé rejoindre Sam Cooke. Son timbre de voix grave et éraillé sera sa marque.
Je sais ce que vous pensez… que mon article n’est plus d’actualité, mais je suis certaine que vous me pardonnerez car d’une part, mon blog n’était pas mis en ligne fin juin et que d’autre part, comme m’a dit un ami “tout passe mais il nous fera toujours bouger”. Pourquoi s’en priver alors !

Photo noir et blanc de Bobby Womack. Il rigole et se tient la tête appuyé sur son coude.Dès son plus jeune âge, Bobby Womack et ses frères se produisent sur scène. Ils sont The Womack Brothers, un groupe de gospel. Ils se font remarquer par la légende de la soul, Sam Cooke. Il les fait signer sous le nom The Valentinos. Leur second titre “It’s all over now” devint un hit dans la version des Rolling Stones.

Bobby Womack devient le protégé de Sam Cooke, ce dernier lui offrira la primeur d’entendre son titre devenu historique “A change is gonna come”. Les ambitions du groupe s’arrêtent net lorsque Sam Cooke est assassiné en 1964. Bobby décide de se lancer dans une carrière solo mais ses noces rapides avec Barbara, la veuve de Sam Cooke, passe mal auprès des fans et les plus grandes maisons de disques le mettent de côté.

Son talent ne l’empêchera pas de collaborer avec les plus grands comme Aretha Franklin et Ray Charles et il parviendra à sortir en 1968 son premier album solo Fly Me To The Moon.

On retiendra de lui ce fameux titre “Across 110th street. Composé en 1973 pour la bande originale du film du même nom, Quentin Tarantino le reprendra en ouverture de Jackie Brown en hommage à la Blaxploitation. Les Inrockuptibles feront justement un clin d’oeil à cette scène suite au décès de Bobby Womack.

La carrière de Bobby sera ponctuée de succès mais aussi de longues traversées du désert à cause de ses addictions. Sa vie personnelle ne sera pas non plus épargnée entre un mariage houleux, le décès de son frère et la perte de son fils âgé de 4 mois.

Il reviendra sur le devant de la scène en 2012 avec l’album The Bravest Man In The Universe produit par Damon Albarn. C’est un succès. Damon Albarn réinvente un univers pour Bobby Womack.

Malgré ses problèmes de santé, il a été notamment opéré d’un cancer du côlon et on le savait atteint de la maladie d’Alzheimer et de diabète, Bobby Womack avait des dates de concerts prévues. Il est décédé le 27 juin 2014…. Oui tout passe mais il nous fera toujours bouger.


Sites web des photos : konbini (photo à la une), Gilles Petard / Redferns (photo dans l’article)

Sources et pour aller plus loin :

  • Bon article de Cédric Lalanne sur le site de Rf8 (en bas de l’article, il donne les liens pour accéder aux hommages rendus par certains médias)
  • Livre : Sweet Soul Music de Peter Guralnick
  • Sur le site du Monde, vous pourrez y trouver une riche playlist (YouTube)
  • Sur le site de Nova Planet, Raphael Saadicq rend hommage à Bobby Womack


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *