logo

J’ai vu le concert d’Electro Deluxe ! Yeah !

Samedi 27 août, en fin de journée, je rédigeais quelques lignes sur la sortie du nouvel album du collectif Electro Deluxe. Je suis allée sur leur site officiel pour recouper des informations et quelle ne fût pas ma surprise en lisant que le soir même, Electro Deluxe était programmé pour la dernière soirée des Nuits d’O au Domaine d’O, (soit à cinq minutes de chez moi….). Pas d’hésitation, je me suis lancée à la quête d’un billet d’entrée, le sésame pour accéder à cette soirée. La chance m’a souri, j’ai pu obtenir ce fameux précieux et je peux vous dire qu’avec les albums d’Electro Deluxe vous faites le plein d’énergie mais sur scène, les musiciens assurent le show. On s’en prend plein les yeux et surtout plein les oreilles.

Le Domaine d’O : le cadre idéal dédié à la Culture

Avant d’évoquer le concert, j’aimerais m’attarder sur le lieu car je voudrais pouvoir vous projeter dans l’ambiance. Le Domaine d’O, c’est quoi ? C’est un parc public de 23 hectares intégré dans Montpellier dans lequel on y trouve un château du XVIIIe siècle, le château d’O, mais aussi des équipements (théâtres, amphithéâtre) qui permettent de proposer tout au long de l’année « une programmation où se croisent toutes les formes d’expression artistique : théâtre, arts visuels, rencontre avec des philosophes, des auteurs, chercheurs, critiques… ».

A peine arrivée dans ce poumon vert, je me suis sentie comme déconnectée. Le lieu invite à la flânerie et à l’oisiveté, une petite bulle d’air, bienvenue, pour couper un peu du quotidien. Je découvre des tables en bois de pique-nique installées sur un vaste espace du parc. Familles, couples, bandes de potes, retraités se mélangent pour boire un coup, manger un « bout de chien ». Ça sent l’ambiance bon enfant. Je m’incruste à une table déjà occupée par trois personnes qui au bout de quelques minutes m’offrent un verre de rosé. Voilà, ensemble, nous étions là pour partager une jolie soirée sous une nuit chaude et étoilée….

Tout ça pour vous dire que le Domaine d’O est en soi un acteur à part entière de la soirée et de sa réussite.

Electro Deluxe en live et la magie opère !

La musique commence et l’entrée du collectif se fait en deux temps : d’abord je vois arriver Jérémie Coke (basse), Gaël Cadoux (claviers), Arnaud Renaville (batterie), Thomas Faure (saxophone), Vincent Payen (trompette) et Bertrand Luzignan (trombone), tous en pantalon noir, chemise, cravate (ils ont du courage, car il fait chaud…). L’ambiance chauffe tranquillement, le choix du premier morceau, Devil, est bien pensé car j’ai déjà envie de danser ! Puis James Copley, le chanteur, arrive, « beau comme un dieu » dirait ma mère : costume bleu clair, avec nœud papillon et une jolie barbe de hipster. La voix est séduisante, grave, chaude. Voilà le concert est parti, la voix et l’excellente musique attirent : je vois des spectateurs s’approcher de la scène.

© PFL

© PFL

Electro Deluxe enchaîne avec deux titres qui seront sur leur prochain album, K.O. et Liar. La rythmique est soutenue, les cuivres assurent le groove, le funk. James Copley transperce de ses yeux clairs le public pour le charmer et l’emporter avec lui dans sa frénésie musicale. Pour lui pas question qu’une partie du public reste assise. James Copley se révèle être un crooner, une bête de scène. Il danse, il saute, il crie, il interpelle, joue avec le public mais aussi avec les musiciens. Il se donne (au bout de deux chansons, je vois perler les gouttes de sueur sur son visage) et surtout il aime ça ! Son énergie est contagieuse, le public est conquis et se balance sur la multitude de sons envoyés par le collectif.

Les titres musicaux Turkey et Ground laissent tout l’espace de la scène aux instrumentistes, mais leur talent n’est déjà plus à prouver ! Complicité, partage, générosité voilà ce qui ressort de leur musique. Pendant plus d’une heure (timing oblige…), le groupe enchaîne les morceaux de leur album Home (2013) et de Circle (à venir le 30 septembre 2016), il me semble que le collectif se soit donné comme mission de ne pas nous laisser de répit : nous dansons (j’ai un faible pour le morceau Keep My Baby Dancing, un son frais, entraînant), nous répondons en chœur à James Copley et le finish sur Staying Alive est juste surprenant ! Mais trop tard, la magie a opéré : nous en redemandons encore puisque le groupe reviendra sur scène avec trois derniers morceaux but not least : Let’s go to work, Smoke, Free Yourself

© PFL

© PFL

C’était la première fois que je voyais Electro Deluxe en concert… et j’espère que cela ne sera pas la dernière. J’ai tout simplement passé un chouette moment. Il se passe quelque chose de vrai et de fort entre le collectif et le public : leur plaisir de jouer, de partager voire de s’amuser arrivent à nous atteindre. Pour m’en rendre compte, il m’a suffit d’observer les visages des spectateurs : un sourire accroché à leur lèvres, l’oeil pétillant et cette envie de lâcher prise, d’être, en fait, tout simplement bien… et qu’est-ce ça fait du bien en ce moment….


A noter dans vos agendas, le groupe sera le 29 septembre au Bikini à Toulouse, le lendemain à l’Espace Julien à Marseille et surtout le grand rendez-vous ça sera les 7 et 8 octobre au Trianon. Toutes les autres dates de concert, c’est par là !


Pour suivre le groupe :

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *