logo

Au pays de Candi… Staton !

Le jour où j’ai publié sur ma page Facebook une pensée pour David Bowie, j’avais au départ l’idée de publier un titre d’une chanteuse qui a fait sa carrière dans l’ombre des Aretha Franklin et Etta James, Candi Staton. Son titre disco Young Hearts Run Free est peut-être le plus connu mais après, je ne l’ai jamais trop entendue à la radio. Pourtant à la fin des années 2000, le label londonien Honest Jon’s Records l’a remise sur le devant de la scène avec deux albums His Hands (2006) et Who’s Hurting Now ? (2009), de quoi se remémorer sa voix écorchée.

Candi Staton de son vrai nom Canzetta Maria Staton voit le jour en 1943 (1940 selon d’autres sources) dans la petite ville de Hanceville en Alabama. Dès l’âge de huit ans, elle chante dans un groupe de gospel, The Four Golden Echoes. Candi n’aura pas une vie facile, très jeune elle tombe enceinte du fils du prêtre avec lequel elle devra se marier. Un homme plutôt jaloux et violent… Pendant sept années, elle mettra sa carrière musicale de côté. Elle sera une femme et une mère dévouée auprès de son mari et de ses quatre enfants jusqu’à que son frère la pousse à sortir un soir et à chanter dans un club. Son talent se fait vite remarquer : elle est engagée pour chanter tous les weekends dans le club. Lors d’une de ses représentations, elle partagera la scène avec Clarence Carter (il deviendra plus tard son mari…), artiste alors très connu dans le Sud, du fameux label Fame. Il lui propose de faire une tournée avec son groupe, une opportunité qu’elle refuse tout d’abord à cause de sa vie maritale. Clarence Carter lui répond que si sa situation devait changer, le job serait toujours pour elle. Cette promesse de faire de la scène, rêve qu’elle caresse depuis petite, va lui donner la force de prendre sa vie en main et de quitter son mari. Pour la petite musique du lundi qui va bien, je vous invite à écouter la chanson qu’elle a interprétée auprès de Rick Hall, le fondateur du label Fame. Elle enregistrera avec lui trois albums qui vont lancer sa carrière.


Sources et pour aller plus loin :



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *